Nous utilisons des cookies pour que notre site web soit le plus sécurisé et efficace possible pour nos visiteurs. En restant ici, vous acceptez notre utilisation des cookies.

Priorités des DAF 2020 : concilier sens et complexité

jeudi 9 janvier 2020

5 minutes de lecture

Priorités des DAF 2020 : concilier sens et complexité

Baisse de la demande intérieure, ralentissement de la croissance1 ou incertitudes du commerce international2, les DAF réajustent leurs priorités au regard du contexte économique et abordent 2020 avec confiance et vigilance3. La 8ème édition de l’étude Priorités du Directeur Financier, intitulée Concilier sens et complexité et réalisée par PwC en collaboration avec la DFCG auprès de 300​ Responsables Financiers d’entreprises françaises4, met en lumière les principaux enjeux et chantiers auxquels ils seront confrontés dans les mois à venir.

Depuis plusieurs années déjà la Direction Financière s’affirme comme un partenaire stratégique du business de l’entreprise. Au-delà de sa fonction transactionnelle, ses analyses contribuent directement aux prises de décisions de la direction. Cette double mission fait d’elle le garant de l’équilibre financier et des développements futurs, anticipant résultats, dépenses et risques, et le promoteur de la transformation digitale. Cette dernière étant considérée comme un enjeu majeur pour 85% des entreprises interrogées alors que seule la moitié se déclare en phase voire en avance sur son plan de transformation. Comme l’affirme Maryse Lecutier, Leader Consulting Finance chez PwC ayant supervisé l’étude « La finance d’entreprise se met en ordre de marche pour accompagner ces évolutions, pour garantir son développement... »5 Retour sur les grands enseignements de cette enquête pour mieux comprendre comment les DAF abordent 2020 et à quoi ressemblera la Fonction Finance qu’ils construisent pour l’avenir.

La Direction Financière au service de la croissance de l’entreprise

Pour la troisième année consécutive, et dans leur projection à 3 ans, la priorité des DAF demeure le pilotage de la performance financière afin d’assurer la bonne conduite de l’entreprise et d’accompagner le développement de l’activité. Proposer des reporting rapides et précis et apporter des analyses aussi claires que pertinentes pour anticiper les réactions et faciliter la prise de décision représente la première priorité pour 75% des Responsables Financiers interrogés. Pour y parvenir, 64% aimeraient pouvoir simplifier le SI finance de leur entreprise et 47% souhaiteraient disposer de plus de flexibilité.

Dans le même temps, le ralentissement de la demande et les possibles variations de taux de change et de tarifs douaniers liées au Brexit font craindre à certaines entreprises un manque de liquidités pour financer leur activité ou investir. Citée par 52% des répondants, la gestion du cash apparait dès lors comme la seconde priorité des Trésoriers et Directeurs Financiers en 2020. Ils seront certainement très attentifs au respect des délais de paiement, à la gestion des stocks ou encore à la rentabilité des ventes.

S’adapter pour « rester dans la course » : vers de nouveaux outils

Au cœur des objectifs des Directions Financières, le pilotage de la performance repose sur la qualité des données et de leurs analyses. L’augmentation de leur volume et le besoin de consolidation pour la création de reporting peut s’avérer complexe à gérer et chronophage. 64% des Directeurs Financiers interrogés déclarent encore passer trop de temps à produire les données plutôt qu’à les analyser. Parmi les problèmes récurrents, 31% font état de leurs difficultés d’exploitation et d’analyse, 18% du manque de fiabilité et 15% de l’inadéquation des données avec les besoins de pilotage ou encore de l’absence de visibilité en temps réel.

Le prérequis pour collecter et gérer des data de façon optimale est de disposer d’un système capable de prendre en charge cet important volume de données. Ceux qui ont déjà opté pour l’optimisation des processus sont passés en moyenne de 47% de leur temps consacré à l’analyse il y a 5 ans, à 75% aujourd’hui. De sorte que 67% des Directeurs Financiers interrogés envisagent la digitalisation de leur système transactionnel d’ici 3 ans. Pour Maryse Lecutier « le rythme des investissements ne semble pas marquer le pas. Car l’adaptation reste indispensable pour les entreprises qui veulent rester dans la course. »6 Et pour gagner rapidement en efficacité et s’assurer agilité et fiabilité, les Directions Financières privilégient la transformation de leurs processus comptables via des solutions Procure-to-Pay ou Order-to-Cash.

En complément, 32% des DAF consultés souhaitent robotiser les tâches simples et répétitives et 15% envisagent l’automatisation des tableaux de bord dès 2020 pour faciliter le pilotage.

La transition des compétences : un enjeu majeur

Si les solutions P2P aident à collecter, traiter et analyser le volume exponentiel des données comptables, elles requièrent en parallèle une évolution des compétences des équipes vers une expertise plus technophile, analytique et de gestion de projet, pour garantir la maitrise et la compréhension des flux de données. Il est dès lors nécessaire selon Maryse Lecutier de « comprendre la complexité des modèles et s’appuyer sur un mindset d’analystes de compilation de données. Ce qui nécessite une approche plutôt créative qu’analytique. » Ces profils atypiques, plus digitaux et transverses, sont difficiles à trouver, y compris dans les viviers de candidats externes, si bien que 68% des Directeurs Financiers peinent à se doter des compétences en adéquation avec leurs besoins. Mise en place de programmes de montée en compétences ou de reconversion : il s’agit alors de mobiliser des profils flexibles, susceptibles de s’adapter rapidement, qui selon Maryse Lecutier « ont une âme de chef de projet, volontaristes et avec le sens de l’engagement. Des collaborateurs qui disposent d’une vision transversale des sujets et sont capables d’interagir avec différentes fonctions. » La gestion des talents constitue donc un chantier central de la réussite de la transformation digitale de la Fonction Finance et la 3ème des priorités pour les DAF de grandes entreprises en 2020.

L’étude révèle par ailleurs qu’au-delà de la Fonction Finance elle-même, et qu’en raison de leurs interactions avec l’ensemble des fonctions, 25% des Directeurs Financiers se sont identifiés comme des leaders de la transformation digitale à l’échelle de l’entreprise, et que selon 55% d’entre eux ils devraient continuer à s’affirmer dans ce rôle de « transformateurs » dans les années qui viennent. L’analyse de Maryse Lecutier l’atteste « les dirigeants financiers jouent de plus en plus ce rôle de chef d’orchestre qui consiste à discerner et soutenir les transformations indispensables pour assurer le bon développement. Aux côtés de la direction générale mais également des métiers opérationnels, le DAF prend ainsi une part de plus en plus large dans la définition de la stratégie de l’entreprise. »7

Identifier et prévenir les risques

Bien qu’en sixième position des priorités des DAF cette année, la maitrise des risques apparaît encore au centre des préoccupations des entreprises. En plus des risques financiers tels que les crises, la fraude ou la volatilité des marchés, elles doivent aussi prendre en compte les risques réglementaires, de sécurité ou encore de réputation, y compris ceux liés à la responsabilité environnementale de l’entreprise. La Direction Financière, au cœur des interactions des différentes fonctions, joue un rôle central dans leur cartographie et l’évaluation des impacts possibles de cyberattaques sur les finances. Elle participe également activement à la prévention par des formations pour sensibiliser les collaborateurs et insuffler la culture des risques. Enfin, les Directions Financières doivent aussi s’attacher à anticiper les risques liés aux transformations digitales, y compris les risques d’exécution des projets.

 

73% des Directeurs Financiers interrogés issus de Grandes Entreprises pensent que le Brexit et les tensions commerciales aurons un impact sur le business (baisse de l’activité avec le UK, frais de douane, taux de change, augmentation des prix des importations, renégociation des échanges commerciaux) et ils sont 64% à anticiper un impact direct sur la DAF.​
Selon la synthèse de l’étude Les priorités du Directeur financier 2020, Concilier sens et complexité, présentée lors du Financium 2019, 80% des Directeurs Financiers interrogés se déclarent confiants voire très confiants sur les perspectives de croissance en 2020.

L’étude Les priorités du Directeur financier 2020, Concilier sens et complexité est réalisée par Pwc et la DFCG sur la base des réponses de 300 responsables financiers à un questionnaire en ligne, enrichies de 80 interviews et d’échanges lors d’une table ronde. Les répondants sont issus pour 39% de Grandes Entreprises, 43% d’ETI et 18% de PME.
4Priorités du DAF en 2020 : voyage au cœur des directions financières, entretien avec Maryse Lecutier, Associée de PwC, proposé dans le cadre du Financium 2019 organisé par la DFCG.​
Priorités du DAF en 2020 : voyage au cœur des directions financièresentretien précédemment cité.​
Priorités du DAF en 2020 : voyage au cœur des directions financièresentretien précédemment cité.